À propos

L'historique


. Jean Marc Coulom est l'héritier d'un savoir-faire artisanal qui a fait de Grisolles, pendant plus d'un siècle, la capitale française et même européenne du balai.
. En 1856, un certain Peyrebrune, régisseur de la poste aux chevaux se retrouve au chômage avec l'arrivée du train à Grisolles.
Il se reconvertit dans la fabrication de balais et a l'idée de transformer ce grossier ustensile de paille de sorgho liée d'un brin d'osier en un outil efficace et pratique : manche en bois solide, grosses pailles du cœur habillées de paille fine jaunes, fil de fer pour lier, forme conique aplatie, le tout maintenu par un joli cordon de couleur.
Le balai « américain » 100 % occitan est né. Avant la première guerre mondiale, le canton compte plus de 20 ateliers et environ 400 ouvriers!

. Jean Marc Coulom se lance dans le métier en 1987 il apprend les gestes fondamentaux, le paillonnage autour du manche, les coutures dont le nombre déterminait la force du balai, et enfin les finitions pour faire des balais réguliers. Il fabrique donc des balais traditionnels, des balayettes rondes de cheminée et des balayettes plates.
. Il cultiva lui même un hectare de sorgho jusqu'en 1990 pour avoir la paille nécessaire à sa brosserie. Il récoltait, faisait sécher, dépiquait, puis blanchissait les pailles dans des soufrières, et les triait.
. Aujourd'hui il est le dernier fabriquant du Balai de Grisolles et essaye de partager cet héritage de diverses manières, notamment en faisant visiter son atelier, et collaborant avec des Artistes et des designers.

Un savoir précieux

Découvrez le savoir faire de JM.Coulom


Suivez pas à pas toutes les étapes de la fabrication d'un balai filmées à l'atelier par "Artisan numérique"